“Beijing Calling. Le punk chinois se cherche un futur” – La Revue du Crieur n°12

“Beijing Calling. Le punk chinois se cherche un futur” – La Revue du Crieur n°12

Après la répression des contestations étudiantes de 1989, la Chine s’engage dans une relative ouverture économique tout en maintenant le contrôle du Parti communiste sur la société et la sphère culturelle. C’est dans ce contexte qu’émerge un mouvement punk marqué par le traumatisme de Tian’anmen et influencé par la musique occidentale qui pénètre le territoire en contrebande. Les jeunes punks reconfigurent alors cette contre-culture contestataire née en Angleterre en l’adaptant au contexte politique – «We can live better without your socialism» chante SMZB. Diffusé généralement par des réseaux informels afin d’échapper le plus possible à la censure du Parti et organisé hors des structures officielles, le punk constitue une bulle de liberté et de contestation face à l’hégémonie culturelle chinoise.

La publication de l’article “Beijing Calling. Le punk chinois se cherche un futur” dans la Revue du Crieur n°12 est aussi l’occasion de revenir sur les chansons mentionnées dans le texte, que l’on peut retrouver ici :

SMZB 生命之饼 – “For Friends and Beer”

Un classique du groupe de Wuhan SMZB 生命之饼 d’où est tiré la phrase: “We can live better without your socialism”:

We can live better without your socialism,
We can live better without the party,
We don’t need more money, but only punk rock music,
We can live better with friends and beer!
We can live better without lies and tears,
We can live better without autocracy,
We don’t need your freedom and your democracy,
We just want to live truly!
We need a brand-new country,
Which will make you happy,
We need to build a brand-new country,
We can live truly.

Shochu Legion 烧酒军团 – “Government Kill”

Symbole d’un punk à la fois régressif, politique et insultant, les membres de Shochu Legion passent leur temps à brocarder les autorités officielles, comme dans “ACAB” (“All Cops are Bastards”) ou encore ici dans “Tuer le gouvernement” (“Government Kill”), et montrer leurs parties génitales durant les concerts.

SMZB – “Ten Thousand Ways to Rebel”

Le clip de “Ten Thousand Ways to Rebel” est composé de différents plans mettant en scène les principaux groupes de punk chinois chantant pour l’occasion ce titre de SMZB. Un titre notamment en hommage à Lei Jun, premier skinhead chinois, mort d’une attaque cardiaque en 2015.

Cui Jian 崔健 – “Nothing to My Name” (“一无所有”)

La première chanson rock diffusée sur les ondes chinoises lors d’un concert de charité organisé à Pékin au Stade des Travailleurs en mai 1986 composée par le parrain du rock chinois, Cui Jian (崔健). L’hymne non-officiel des manifestations de Tian’anmen en 1989, un morceau d’histoire en 5 minutes 30.

UnderBaby 地下婴儿 – “Tous Pareils” (“都一样”)

Censée être “la première chanson punk chinoise”, cette chanson du groupe de punk pékinois UnderBaby (地下婴儿) a été la première chanson punk à être publiée dans la compilation China Fire II en 1996 qui regroupait alors la fine fleur de la scène rock chinoise. Une chanson qui symbolise l’époque et l’état d’esprit du jeune groupe punk.

Reflector 反光镜 – “Ce que j’ai envie de dire” (“我想说的话”)

Reflector faisait partie du premier collectif punk pékinois, l’Armée de l’ennui (无聊军队), dont on peut lire ici l’histoire. Dans “Ce que j’ai envie de dire”, le groupe s’en prend aux inégalités économiques qui se creusent au moment à l’ère des réformes, et expose l’ennui qui s’empare d’une certaine jeunesse chinoise à la même période.

P-Town 皮桶 – “Enfer familial” (“家庭地狱”)

Groupe de Heifei, dans la province de l’Anhui, P-Town (皮痛) s’en prend souvent aux autorités familiales, éducatives et administratives. Dans cette chanson publiée en 2017, P-Town s’attaque à “l’enfer familial” et la pression parentale qui se fait souvent trop pesante.

Anarchy Boys 无政府主义男孩 – “Heil to Who” (“想谁万岁”)

Une des meilleures chansons d’un des groupes fondateurs de “l’Armée de l’ennui”, Anarchy Boys, qui pose subtilement la question de savoir “qui acclamer”, faisant référence à Mao Zedong et ses nombreux crimes.

SMZB – “Smash His Statue”

Groupe iconoclaste (au sens premier du terme: ils aiment casser des statues), SMZB livre dans “Smash His Statue” une de leur chanson les plus engagées et les plus brillantes, appelant à la destruction des statues de Mao et de son culte de la personnalité.

Cui Jian – “Le dernier coup de pistolet” (“最后一枪”)

Composée après le massacre de la place Tian’anmen, et publiée dans l’album Solution (解决) sorti en 1991, “Le dernier coup de pistolet” (“最后一枪”) est certainement l’hommage le plus poignant au mouvement démocratique de 1989. Le clip vidéo réalisé par Zhang Yuan 张元 (responsable du film Beijing Bastards 北京杂种 sur le mouvement rock de la capitale en 1993) est on ne peut plus explicite.

Muma 木马 – “Pas de danse” (“舞步”)

Muma 木马, un punk-rocker de Changsha dans le Hunan, chante avec émotion et poésie le massacre de la place Tian’anmen et tous ces “professeurs morts au printemps” dans “Pas de danse” (“舞步”).

PK14 – “Ce train rouge” (“这辆红色的列车”)

Une autre évocation du massacre par le célèbre groupe de post-punk de Nankin PK14, également très poétique, faisant référence au “sang de la jeunesse” emporté par un mystérieux “train rouge”.

SUBS – “Brother”

Les punks de SUBS emmenés par la chanteuse Kang Mao se posent la question de la mort inexpliquée du frère d’un ami en 1989, qui est oublié peu à peu.

Demerit 过失 – “TZ Generation”

Véritable hymne à la jeunesse punk de Tongzhou, une banlieue à l’est de Pékin, “Tongzhou Generation” du groupe Demerit 过失 est scandé à chacun de leurs concerts par un public enthousiaste. Le rêve d’une utopie punk, aujourd’hui sous les gravats des réaménagements urbains.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. TING dit :

    The song”all senses” is published in 1996 or 1998?

    • Nathanel Amar dit :

      “All the Same” 都一样 by UnderBaby 地下婴儿? 1996 in the rock compilation China Fire II (中国火II), 1998 in their first album Awakening (觉醒)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.