Archives visuelles: documentaires sur la scène alternative chinoise

Je vais tenter ici de regrouper tous les documentaires qui ont été produits sur la musique indépendante chinoise. De nombreux documentaires sont accessibles en ligne, mais souvent éparpillés et peu connus. Voici donc une liste (provisoire et qui sera actualisée régulièrement) de vidéos qui méritent d’être regardées. Certaines sont libres d’accès, pour d’autres les droits d’auteur sont… flous. Comme ce sont des films indépendants, pour ceux que l’on peut acheter en ligne, je préfère mettre un lien vers la version numérique payante, ce qui permet de soutenir la création artistique indépendante, loin des grandes compagnies de production.

On commence avec du lourd, puisque c’est mon documentaire préféré, sur mon groupe préféré. Réalisé par un vrai cinéaste, Wang Shuibo (王水泊), qui avait déjà commis Swing In Beijing en 2000 avec notamment UnderBaby, ce documentaire intitulé Never Release My Fist (绝不松开我的拳头), sorti en 2015, est tout entier centré sur le groupe de Wuhan SMZB (生命之饼). Extrêmement bien fait, Wang Shuibo arrive bien à retracer l’histoire du groupe, et dresse un portrait très fidèle du chanteur Wu Wei (吴维), à la fois très politique et plein d’humanité – quelques moment d’émotions intenses parsèment le film. Je pourrais disserter de nombreuses heures sur la pertinence du film, du groupe, et l’importance de ce documentaire dans la scène punk chinoise – au moment de sa sortie, Wu Wei a présenté le film dans de nombreuses salles de concert à travers la Chine. Le plus important est certainement de le regarder.

J’ai déjà parlé du documentaire précédent de Wang Shuibo, Swing In Beijing dans la notice consacrée à UnderBaby. Revoici donc une partie seulement du documentaire de 2000 – l’intégralité est introuvable (en tout cas pour l’instant).

Un autre documentaire tourné par un « vrai » réalisateur issu du cinéma indépendant chinois, Paper Airplane (纸飞机) de Zhao Liang (赵亮) sorti en 2001. Un excellent documentaire de celui qui n’avait pas encore tourné Together (在一起) sur un groupe de punks toxicomanes qui squattent des hutong abandonnés du vieux Pékin pour se droguer. Les dernières scènes sont très touchantes, et expliquent le nom du documentaire – nom qui sera repris par le groupe Hedgehog dans une chanson traitant de l’addiction. À ma grande surprise, l’INA propose le documentaire en intégralité sur son site:

Beijing Punk, Shaun Jefford, 2010 – avec des sous-titres en français, comme il est passé à Panic! Cinéma, en présence du réalisateur et de Tai Luc de la Souris Déglinguée. Par bien des aspects, Beijing Punk se révèle énervant, puisque l’on voit un anglais (qui ne parle pas chinois bien sûr) débarquer en Chine pendant les Jeux Olympiques pour « voir » des punks, avec tout ce que cela suppose d’orientalisme et de fantasme. Mais il se passe quelque chose entre le réalisateur et les groupes – principalement le groupe de punk Demerit (过失) et de Oi! Misandao (蜜三刀) – et certaines séquences sont mémorables, notamment lorsqu’il s’agit d’alcool (et bizarrement, de sirop contre la toux). Malheureusement les groupes doivent communiquer avec Shaun Jefford en anglais, ce qui limite certaines de leurs analyses, qui auraient été bien plus intéressantes en chinois (notamment la différence entre « politique » 政治 et « société » 社会, mais je m’égare). Il est intéressant de noter que les deux groupes principaux du documentaires étaient, jusqu’à la mort du chanteur de Misandao Lei Jun (雷俊), en conflit ouvert, ce qui n’est bien entendu pas retranscrit dans Beijing Punk, ni aucun autre documentaire qui prend ces deux groupes comme référence punk. Et ils sont nombreux à le faire.

Sans transition ni souci chronologique je passe directement au documentaire Beijing Calling, d’Olivier Richard pour France 4 en 2014. Vous remarquerez l’originalité des titres quand il s’agit de parler de punk chinois. À l’instar du documentaire de Shaun Jefford, Olivier Richard se concentre encore une fois sur Demerit et Misandao, mais avec 7 ans d’écart on peut voir de nouvelles logiques se mettre en place, comme l’organisation par Lei Yang de Demerit du « Strawberry Fucktival ». Moins anthropologique que le documentaire de Jefford (le réalisateur ne buvant pas des coups avec les punks), celui d’Olivier Richard est plus classique, avec une voix off omniprésente, beaucoup trop didactique.

Continuons avec Olivier Richard qui l’année suivante nous propose La grande muraille de métal, pour le programme « Une dose de métal ». On appréciera encore une fois le titre. Un documentaire qui cette fois-ci se concentre sur la musique métal (avec Demerit dedans parce que… Je sais pas pourquoi, mais comme j’aime bien Demerit c’est pas grave). On y retrouve ainsi Ego-Fall, un groupe de métal d’influencemongol, Chaos Kills the Pain, Barbaric Chieftains ou le mythique groupe Yaksa. La dimension identitaire et ethnique du métal n’est malheureusement jamais abordée de manière sérieuse.

Beijing Bubbles, de George Lindt et Susanne Messmer sort en 2005 et annonce la vague des documentaires sur le punk pékinois qui va suivre. On y suit les aventures du groupe Joyside, qui représente à cette époque le renouveau de la scène punk-rock pékinoise. Bian Yuan, le leader du groupe, est particulièrement photogénique. On y voit aussi Hang On The Box ou Hanggai, et cela fait toujours plaisir de revoir le feu-D22. Dans cet extrait les réalisateurs parlent du tournage – je n’ai pas encore trouvé le documentaire en intégralité:

En 2006 Kevin Fritz sort Wasted Orient. On sent que le terrain a été déblayé par Beijing Bubbles et que l’on assiste à une nouvelle mode du documentaire sur le punk-rock chinois. Mais Wasted Orient possède une certaine qualité, celle de prendre son temps. Au lieu d’essayer de couvrir tout un mouvement, le film s’intéresse à Joyside (encore une fois). Pour ce faire, le réalisateur va suivre le quotidien du groupe, et partager un véritable moment de vie avec les musiciens. Le documentaire n’évite aucun des clichés que l’on peut reprocher à tous ces documentaires occidentaux qui forcent volontairement le trait et orientalisent le punk chinois. C’est pour cela que l’on préférera de loin les documentaires chinois qui arrivent à toucher juste. Et surtout réalisés par des réalisateurs qui parlent chinois.

En 2006 toujours (année faste pour les documentaires sur le punks chinois), sort un court documentaire sur nos amis de Misandao (蜜三刀), Oi! Skins in Beijing  par Max Celko et Heike Scharrer. Cette fois-ci Misandao ne partage pas l’affiche avec d’autres groupes de punk, comme dans Beijing Punk ou Beijing Calling, et on peut suivre le célèbre groupe skinhead dans ses péripéties quotidiennes – et notamment sur le lieu de travail de Lei Jun, le regretté chanteur de Misandao, malheureusement décédé en 2015. Ce documentaire rejoint ainsi le club des documentaires réalisés par des Occidentaux en anglais avec le mot « Beijing » dans le titre.

En 2004 sort le documentaire A Tour of the Public Kingdom (公共王国的旅行), de David Harris sur la tournée en Chine du groupe majeur du post-punk chinois P.K.14. Le titre est une référence au nom du groupe, P.K.14, qui pourrait se traduire par « Public Kingdom For Teen ». La très bonne idée du réalisateur est d’avoir suivi le groupe durant toute une tournée, ce qui suppose de rester assez longtemps avec le groupe, d’avoir l’opportunité de filmer les interactions quotidiennes durant ce moment à la fois particulier et finalement banal de la vie d’un groupe de musique. Un solide documentaire.

On continue avec les documentaires se déroulant pendant une tournée avec Heart Rock Beijing, excellent film sur le groupe SUBS et sa légendaire chanteuse Kang Mao (que l’on aperçoit dans le documentaire sur SMZB, Never Release My Fist, Kang Mao étant d’origine Wuhanaise). Un documentaire de Karen Winther, sorti en 2009, qui témoigne bien de l’état d’esprit du groupe punk-emo SUBS.

Je suis particulièrement heureux d’avoir retrouvé The Sound and The City (渔湾市) de Wei Xiaobo (魏晓波, heureusement pour lui que son nom de famille n’est pas Liu), un documentaire de 2010 sur le rock underground au Hunan, et plus particulièrement à Changsha. C’est un très bon documentaire sur la scène punk hunanaise, qui établit pas mal de lien avec certains mouvements sociaux (contre les expropriations par exemple) et d’autres activistes, notamment lors de la commémoration du massacre de Tian’anmen (il faut rappeler que le bar underground de Changsha s’appelle le « 46 Livehouse », qui peut se traduire 46-98, qui est à l’envers la date du massacre de Tiananmen). À voir absolument, surtout qu’on y entend du Muma (木马) à la fin.

Un court documentaire de Jada Li sur le phénomène si important des CD dakou, ces déchets musicaux occidentaux qui se sont retrouvés sur le marché noir chinois dans les années 1990, et ont permis la renaissance du rock. Ça s’appelle Nirvana and Pulp A Story of Scrapped CDs (打口碟纪录片), et ça date de 2013. On y retrouve Hang On The Box ainsi que des critiques de rock et d’anciens vendeurs de dakou. Parfait pour introduire le concept de dakou aux étudiants.

Un documentaire intéressant de Zhang Yang (张扬 – Attention, pas le Zhang Yang de Shower ou Quitting, mais un jeune Zhang Yang né en 1976 qui a tourné pas mal de clips de la scène punk-rock des années 2000) sorti en 2005, Post-Revolutionary Era (后革命时代). Le film (désolé pas de sous-titres) suit l’organisation des premiers « Midi Music Festival », aujourd’hui immense festival qui réunit des dizaines de milliers de spectateurs dans plusieurs villes, mais beaucoup plus underground à l’époque. Vaut surtout pour l’aspect documentaire du festival.

Si vous vous demandiez ce qu’était devenu Joyside depuis qu’on les avait quitté sur Wasted Orient en 2006, ce documentaire d’une quarantaine de minutes est fait pour vous: après leur séparation, ils ont ouvert un bar à Pékin, le School qui est devenu la Mecque des nouveaux groupes de punk pékinois. Other Side de Zhao Anqi (赵安琪) nous montre les coulisses du School, les concerts agités des Diders, le spleen de Bian Yuan. Bref, la vie au School.

Pour continuer avec nos amis du School, voici un documentaire de 2013 sur des groupes bien connu du bar pékinois, les Diders, Sochu Legion (烧酒军团) et Pumpkins, en tournée à Xinxiang. Ça s’appelle Chaos Xinxiang (混乱新乡). Si vous aimez les documentaires filmés à l’arrach’ par des non-professionnels, du gros son punk qui tache et des groupes qui jouent tout nus dans des salles de concert, ce documentaire est fait pour vous.

Un nouveau documentaire sorti en 2017, réalisé par le jeune documentariste originaire de Mongolie Intérieure Amuer: Punks From Afar (有朋克自远方来). Le documentaire suit quelques groupes de punk chinois (principalement GT Bitches, Cars Cars Cars, The Flyx) durant une tournée à Taiwan, et montre aussi quelques groupes taiwanais (BB. Bomb, 少年A). À voir si vous vous êtes déjà demandé s’il existait des relations contre-culturelles entre les deux Chine.

Si vous avez aimé le documentaire sur le School, vous aimerez aussi ce documentaire de 20 minutes sur le feu-D-22, 五年 (Cinq Ans), produit par  Maya Rudolph, Benny Shaffer, Lulu Chow et Josh Feola de Pangbianr Production. 五年 se concentre sur le D-22, une salle de concert mythique ouverte en 2006 et fermée en 2012, qui a permis l’explosion de la nouvelle scène indépendante chinoise de la fin des années 2000 (et à forcé toute une génération d’étudiants chinois à dormir au McDo, les concerts finissant bien après le couvre feu des Universités environnante). Le documentaire inclus des interviews avec Michael Pettis, fondateur du D22 et du label Maybe Mars, ainsi que Zhou Shouwang de Carsick Cars, Yang Haisong de P.K.14, Snapline, Rustic… Si vous voulez en savoir plus sur le D22, un livre de Matthew Niederhauser, Sound Kapital, comprend de très belles photos du D-22. (Merci à Josh pour le lien)

Encore un occidental qui croit découvrir la musique indé chinoise dans ce documentaire de 2015 réalisé par John Yingling, The World Underground. Episode 1: China. Le projet, ambitieux, est de créer une archive documentaire sur tous les mouvements underground du monde. Pour l’instant, seul le film sur la Chine a été tourné, le réalisateur finançant petit à petit ses voyages (vous pouvez faire un don ici). En une heure et demie, accompagné d’une voix off omniprésente (à ce stade vous avez compris que je n’aime pas les voix off), John Yingling parcourt « la Chine » en compagnie de P.K.14, et croise pas moins d’une quarantaine (!) de groupes. Est-ce bien raisonnable?

En 2012, Joshua Frank, qui travaille aujourd’hui pour VICE China, a sorti son projet de fin d’études à NYU intitulé Howling Into Harmony, sur la musique noise (噪音) indépendante de Pékin. Durant les 40 minutes du documentaire, on aperçoit la jeune scène noise pékinoise, notamment Soviet Pop, Yang Yang du collectif NO JIJI, mais le documentaire insiste également sur leurs relations avec leurs parents, leur place dans Pékin et les influences diverses qu’ils réactivent dans leur musique – quelque chose qui manque à bien d’autres documentaires. (Merci à Josh et Johan pour le lien)

Un documentaire un peu plus sage sur le rock, avec interview de critiques et d’acteurs institutionnels: Beijing Rock (摇滚多多) de Gao Wei (高伟 – attention c’est un homonyme du chanteur d’UnderBaby), sorti en 2006. C’est intéressant pour le côté historique, avec des grandes figures du rock qui reviennent sur leur parcours et sur leur rencontre avec le rock. C’est un peu long cela dit.

Sorti en 2000, 自由边缘 (Ziyou bianyuan) de Sun Zhiqiang (孙志强) revient sur l’époque bénie de la fin des années 1990 pour les communautés de musiques alternatives. « 自由边缘 » est avant tout une chanson de Miserable Faith (痛苦的信仰), à l’époque où ils faisaient encore du metal et n’avaient pas encore testé la marijuana du Yunnan. On retrouve tous les groupes de l’époque – qui étudiaient pour la plupart à la Midi School of Music. C’est aussi l’histoire d’une période et d’un lieu, un petit village de Haidian où les artistes avaient trouvé un havre de paix et des loyers modérés.

Comme on parlait de Miserable Faith (痛苦的信仰), voici deux documentaires sur le groupe et leurs tournées en Chine.Le premier est sorti en 2009 pour l’anniversaire des 10 ans du groupe, intitulé 之时, à une époque où Gao Hu, le chanteur portait encore des casquettes, sautait partout sur scène et chantait un mélange de metal/punk/rap. En 2015 sortait un nouveau documentaire sur Miserable Faith (aujourd’hui renommé « Tong Young », ne me demandait pas pourquoi), intitulé 不期而至 (Because It’s Here). On peut y voir les changements opérés entre les deux documentaires, Gao Hu aujourd’hui portant des cheveux longs et parlant de bouddhisme et de Bob Marly. En 2015, le groupe participait à la célèbre émission de télé-crochet 中国之声 (China Star), où Cui Jian officiait en tant que juge. Même s’ils ont été critiqués pour avoir participé, ils ont eu le courage de chanter leur fameuse chanson « 哪里有压迫,哪儿就有反抗 » (« Là où il y a oppression, il y a résistance ») à la télé chinoise. Et juste pour ça, Gao Hu et Miserable Faith méritent notre respect.


Un documentaire pour le coup vraiment institutionnel, mais qui vaut le coup pour la qualité des personnes interviewées: Cui Jian (崔健), Dou Wei (窦唯), He Yong (何勇), Zhang Chu (张楚). Ça s’appelle Night of an Era (再见乌托邦 – à ne pas confondre avec la chanson de Brain Failure), de Sheng Zhimin (盛志民) et ça date de 2009. Ça fait toujours de l’effet de voir Cui Jian interpréter « 一无所有 », même 20 ans après.

On quitte les Han pour aller voir ce qu’il se passe au Xinjiang avec The Silk Road of Pop, très bon documentaire sur la scène alternative ouïghoure, un film de Sameer Farooq sorti en 2013. On y voit du folk, du métal et du hip-pop ouïghour, mais surtout une redéfinition de l’identité ouïghoure à travers la musique. Et nous, on aime ça. Comme c’est un bon film indépendant, je vous conseille donc de le louer sur internet si vous voulez le voir, car il n’existe pas en DVD: https://vimeo.com/ondemand/silkroadofpop

Parlons à présent de hip-hop chinois, qui fait beaucoup parler de lui depuis la fameuse « interdiction du rap (et des tatouages) » à la télé. Le documentaire  Iron Mic (钢铁麦克) de Billy Starman, sorti en 2017, retrace l’histoire des « Iron Mics », des batailles de hip-hop où deux rappers sont censés s’affronter à coups de punchline, introduit aux débuts des années 2000 par le rapper américain Dana Showtyme. Ces battles ont permis l’éclosion de toute une génération de MC chinois, parmis lesquels  MC Webber, Ma Jun, MC Dawei…

Noisey China, le site consacré à la musique de Vice, a également mené de nombreux entretiens avec des rappers chinois, notamment:

Voilà pour l’instant tout ce à quoi je pense comme documentaires. C’est une page destinée à évoluer, donc si vous avez des commentaires, si j’ai oublié des choses importantes, n’hésitez pas à me l’indiquer, il y a une option commentaire en bas de la page. À moins que personne ne lise ce blog, et dans ce cas je n’ai rien oublié.

Et un petit bonus pour la fin: comme j’ai précédemment parlé d’Agamben et de shabbath dans l’article sur le Wuliao Jundui, voici Punk Jews de Jesse Zook Mann (2014). J’essaye de faire des liens, ça marche pas tellement, mais je ne vais pas m’arrêter là, oï, oï, oï.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.