Ouch! (哎吆) – Caodong de xin (躁动的心), 2002

En plus de porter fièrement un des plus beaux noms de groupes de punk chinois, Ouch! (哎吆) est aussi le premier groupe de ska-punk pékinois. Certes, certains groupes du Wuliao Jundui, et notamment Reflector (反光镜) avaient intégré des rythmiques ska dans leurs compositions. Ouch! va plus loin dans la maîtrise du ska, et propose en 2002 un album plein d’énergie sur le label Scream Records. Ouch!, formé au début des années 2000, représente à bien des égards la continuation du Wuliao Jundui, qui avait ouvert la voie à une nouvelle génération de punks. Pendant que les groupes comme Brain Failure et Reflector parcouraient les Etats-Unis, des nouveaux groupes prenaient leur place au Happy Paradise (开心乐园). Ouch! en est certainement le représentant le plus connu.

 

Track List:

1. 无法忍受下去 – Impossible à supporter
2. BAD MAN
3. 门后的思想 – Les pensées derrières la tête
4. I Don’t Need Your Funking Rule
(comme vous vous en doutez, les albums de punk chinois remplacent « fuck » par « funk »)

5. 我们的乐事儿 – Ce que nous aimons
6. 叛逆取代一切 – La révolte remplace tout
7. 躁动的心 – Un coeur qui bat
8. 生长 – Grandir

Ce n’est pas un hasard si certains rythmes reprennent ceux de Reflector, puisque le batteur de Ouch!, Ye Jingying (叶景滢), est directement issu de Reflector. Il était courant à l’époque pour les groupes de partager des musiciens, et en particulier les batteurs, qui se faisaient rares (on en reparlera plus tard, mais par exemple Zhu Ning, le premier batteur du groupe de punk wuhanais SMZB, jouait dans quasiment tous les groupes de punk de Wuhan à l’époque). Ye Jingying poursuivra d’ailleurs sa carrière avec un Reflector transformé en groupe de pop, intégrera également le groupe 1979, et jouera de la batterie pour He Yong (何勇) plus tard. Le reste du groupe se compose du chanteur Liu Ge (刘舸), du guitariste Wang Li (王力) et du bassiste Fang Zhimeng (方志猛).

Outre des rythmes entraînant, Ouch! se distingue par des paroles qui oscillent entre révolte pure (« I don’t need your fucking rule », « 叛逆取代一切 » [« La révolution remplace tout »]) et ironie mordante (« 躁动的心 » [« Un coeur qui bat »], « 我们的乐事儿 » [« Ce que nous aimons]). Ouch! a eu une influence décisive sur la scène de l’époque et sur les punks qui viendront après eux. Ce ainsi que l’image du bassiste Fang Zhimeng orne la couverture du livre de Serena Zuccherini, Punk in Cina. Bon, c’est surtout parce qu’il a une crête incroyable, d’ailleurs il ne savait pas qu’il faisait la couverture du livre, ça l’a bien fait marré quand je lui ai dit. Ouch! s’est reformé ces dernières années avec deux de ses membres originaux, Wang Li et Fang Zhimeng (qui ont interverti leurs instruments), et continue de tourner en Chine avec leurs anciennes chansons, qui marchent toujours aussi bien auprès du public. Lors d’un concert en 2015 au School Bar, ils ont par ailleurs rejoué avec Liu Ge (propriétaire des lieux), mais également avec Peter de 69, qui a rejoué sa « Revolution » (« 革命 »), chanson phare du Wuliao Jundui:

哎吆 – « I don’t need your fucking rule »

他们有金钱,他们有权利。
他们可以得到他们想要的东西。
他们肆无忌惮的无视规矩
因为规矩是给别人定的

他们有权就可以为非作歹
他们有权就能够贪赃枉法
他们可以掩盖他们所做的一切
这就是所谓公正的规矩

I don’t needing you fucking rule oi oi
I give you a chance to wake up now

Ouch! – « I don’t need your fucking rule »

Ils ont l’argent, ils ont les droits
Ils peuvent posséder tout ce qu’ils veulent
Ils sont sans scrupules et ignorent les règles
Parce que les règles sont appliqués aux autres

Ils ont le droit alors ils font n’importe quoi
Ils ont le droit alors ils peuvent enfreindre les règles
Ils peuvent dissimuler tout ce qu’ils font
C’est ce qu’on appelle les règles justes

I don’t needing you fucking rule oi oi
I give you a chance to wake up now

Pour aller plus loin:

Serena Zuccherini, Punk in Cina: nuovi fuochi di rivolta dopo Tiananmen, Castelvecchi, 2004. Un livre en italien tiré de la thèse de Serena Zuccherini sur les débuts du punk chinois. La plupart des pages sont disponibles sur Google Books. Les images de Ouch! qui parsèment cet articles sont tirées du livre.

Le douban du groupe: https://site.douban.com/ouch/

Une affiche du groupe jouant avec 69 au School en mars 2015:

Un détail du livret de l’album de Ouch!, où l’on peut remarquer de « fucking » a été remplacé par « funking » (si vous ne me croyiez pas):

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *