Un futur sans groupes étrangers?

J’ai récemment écrit un court article dans RadiiChina intitulé “Is China Headed Towards a Future Without Foreign Bands?”. Cet article faisait suite à des polémiques ayant dernièrement agité le monde de la musique indépendante, après la diffusion d’une nouvelle directive sur l’imposition des groupes étrangers jouant en Chine. Aujourd’hui il est intéressant de relire ces nouvelles directives en regard du récent raidissement de la censure chinoise vis-à-vis de la musique populaire, dont nous avons parlé ici avec l’exemple de Li Zhi et de Cui Jian.

Tout a démarré en janvier 2019, lorsque Lao Zhang, le patron du Yuyintang (育音堂), une salle de concert indépendante bien connue de Shanghai, a publié sur son compte WeChat un message reprenant les grandes lignes des nouvelles réglementations concernant les groupes étrangers. Selon Lao Zhang, les groupes étrangers (incluant les groupes hong-kongais et taiwanais) devront s’acquitter d’une taxe d’au moins 20% sur la vente des tickets pour chacun de leur concert.

Le message de Lao Zhang sur WeChat

De nombreux professionnels de la musique ont depuis réagi, notamment Wu Ying (武撄), un journaliste de la version chinoise du magazine Q Music, depuis censuré en ligne – mais archivé par le China Digital Time. Pour Wu Ying, ces nouvelles régulations vont avoir comme effet pervers d’empêcher les groupes étrangers – et plus particulièrement les groupes indés – de venir se produire en Chine. Devoir reverser aux impôts 20% de la vente des billets ne va plus permettre de payer les groupes, ni même de rembourser leurs frais de transport. Les groupes étrangers vont automatiquement perdre de l’argent s’ils veulent venir jouer en Chine, et, toujours selon Wu Ying, la Chine devrait faire un bond en arrière et retourner à l’époque des CD et cassettes dakou (打口), où la seule possibilité pour écouter des groupes étrangers était de passer par le marché noir.

Une réglementation qui a déjà des effets. Les groupes étrangers doivent dores et déjà payer les salles de concert pour que ces dernières obtiennent une autorisation spéciale leur permettant d’inviter des groupes étrangers – ou plutôt de quoi graisser la patte des autorités locales. Un ami qui devait organiser un concert de punk a vu la police débarquer dans le bar où devait se tenir le concert, parce qu’un des groupes était étranger – après une dénonciation anonyme auprès de la police, une pratique que l’on retrouve de plus en plus fréquemment. Résultat: le concert a été annulé, et le bar a dû payer une amende de 20.000 yuan.

D’autres voix se sont élevées pour critiquer l’approche de Wu Ying, par exemple dans cet article de Music Business China (中国音乐财经网) qui l’accuse de propager des rumeurs, en arguant de la légitimité d’une telle mesure, qui fait suite à une réforme plus large de la fiscalité afin d’éviter la fraude, tout en mettant en avant les textes de loi qui encadrent la mesure.

Yang Zixu (杨子虚), du compte WeChat “Le Paradis du Rock” (摇滚天堂), justifie également cette mesure au nom de l’équité: si les groupes chinois doivent payer des taxes, pourquoi ne pas faire également payer les groupes étrangers? De plus, cette mesure aura pour effet bénéfique de fonctionner comme un mécanisme de protectionnisme culturel: les bars et salles de concert vont être incités à programmer plus de groupes chinois, entraînant mécaniquement une amélioration de l’offre musicale chinoise. Pour Yang Zixu, cette mesure est également une bonne nouvelle à cause de la multiplication de promoteurs chinois véreux, qui organisent de faux concerts avec des groupes étrangers, ou ne tiennent pas leurs engagements, comme lors de la tournée (annulée) de Aerosmith à Shanghai en 2013, ou plus récemment après le refus de Nicki Minaj de chanter lors d’un festival à Shanghai. Tout cela me rappelle aussi certaines pratiques dans le milieu du rock indépendant qui ont fait scandale ces dernières années, notamment un groupe punk de Xi’an qui avait pour habitude de programmer des groupes célèbres de punk occidentaux, avant d’annuler leur tournée au dernier moment… Ou par exemple ce message posté sur Facebook en 2015 par le groupe de métal suédois Dark Tranquillity, qui s’en prend à un promoteur chinois (bien connu du cercle du punk/rock pékinois) qui a “oublié” de les payer après leur tournée:

Quand cette polémique sur ces nouvelles mesures de taxation des groupes étrangers est apparue début 2019, beaucoup se sont demandés si nous allions assister à la fin d’une époque, où il était relativement fréquent de voir des groupes indépendants tourner en Chine. Les événements récents ayant agité le monde musical chinois, notamment après l’annulation de concerts de Li Zi et du collectif rap HHH (红花会) ou la disparition des chansons de Cui Jian des sites de streaming chinois, indiquent plutôt une tentative plus large de reprise en main de la sphère culturelle et des groupes de musique, tant nationaux qu’étrangers, par les autorités chinoises.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.