“Tu parleras couramment chinois quand j’te menotterais sous l’évier”. Le rap français et l’imaginaire chinois

“La France ne reconnaît pas les communautés, mais nous traite comme telles” disait Youssoupha dans “Entourage”. La représentation de ses minorités dans la culture populaire est un problème récurrent en France, notamment en ce concerne la communauté asiatique, comme le rappelaient Grace Ly et Rokhaya Diallo dans leur podcast “Kiffe Ta Race” consacré à la réception du film Hollywoodien “Crazy Rich Asian”. Le Parisien s’est ainsi permis de traiter le premier film américain à être composé intégralement d’acteurs d’origine asiatique de “niaiserie communautariste”. Dans un pays où Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu? fait 12 millions d’entrées et où l’identité juive de Choco dans Les Goonies a été effacée dans la version française, qu’en est-il de la représentation des Chinois dans la musique populaire? Voici un petit tour d’horizon de la référence aux “Chinois” et à la langue chinoise chez les rappeurs français.

Si vous êtes familiers du clash entre Booba et Kaaris, vous n’êtes pas sans savoir que les deux rappeurs ont promis de s’affronter sur un ring de boxe, une fois le contrat signé et un kebab-frite (sauce samouraï) offert au Duc de Boulogne. B2OBA s’est plaint sur toutes les plateformes du manque d’engagement de Kaaris (Armand de son vrai nom) au sujet du match. Sur Instagram, le Duc a édité une vidéo mettant en scène Kaaris parlant chinois:

View this post on Instagram

Le contrat arrive d’ici peu… 🚨🚨🚨 #octogone

A post shared by KOPP92i (@boobaofficial) on

Dans cette vidéo, les sous-titres en chinois présentent un Kaaris censé vouloir faire la paix avec Booba, à cause d’un album devant sortir sous peu. Pour la petite histoire, vous vous demandez sûrement d’où provient le son de cette vidéo. Hé bien, c’est Jacky Chan, qui prend la parole lors de la conférence de presse de la 5e session de la 12e Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC) en 2017. L’ami Jacky, en bon membre de la CCPPC nous explique pourquoi il est important d’expliquer aux pays étrangers “l’histoire (ou plutôt le storytelling) chinoise” (中国故事) dans les productions cinématographiques nationales. Pourquoi Booba fait-il parler Kaaris en chinois? Le Duc de Boulogne n’en est pas à sa première référence à la langue chinoise, puisque dans la chanson “PGP”, Booba affirme que “tu parles chinois depuis la maternité”, une phrase sous-titré en (mauvais) chinois dans le clip.

Dans son feat avec Médine, “KYLL”, Booba disait déjà “Tu parleras couramment chinois quand j’te menotterais sous l’évier”. “Parler chinois” ici traduit l’incapacité à s’exprimer correctement, le plus souvent à cause d’un état de choc. Quand le Duc menotte quelqu’un sous l’évier, celui-ci n’est pas en état de faire sens discursivement. De même, on comprend que Kaaris a tellement peur de Booba qu’il “parle en chinois”, il ne peut donc s’exprimer correctement, d’où ses tergiversations au sujet du match de boxe.

Le chinois étant considéré comme une langue compliquée à maîtriser (d’où l’expression “c’est du chinois!”, à noter que l’on retrouve également l’expression “c’est de l’hébreu” pour dire sensiblement la même chose), il est donc le symbole de l’incompréhension mutuelle. On retrouve cette même idée chez MMZ, les protégés de PNL, dans “Cocaïna”: “Et quand on est là tu parles chinois comme à Chinatown”, sous-entendu dès que les amis de MMZ viennent pour visser de la C, tu ne peux plus rien dire tellement t’as peur. Dans “Grand Paris”, le feat incroyable initié par Médine avec Youssoupha, Lino ou encore Sofiane, le rappeur havrais Alivor rappait “Tu parles chinois : moi pas comprendre / Quand l’oseille parle, ils ont tous la même langue”. L’argent ici est censé résoudre tous les problèmes de compréhension entre personnes ne parlant pas la même langue.

D’autres références à la Chine et aux Chinois sont beaucoup plus problématiques. À l’instar de la figure du Juif, le plus souvent avocat (“Ton avocat est “peace”, ton avocat est vif / Mais mon avocat est juif: Mazel Tov!” disait justement Youssoupha dans “Grand Paris”), les Chinois symbolisent le plus souvent dans les chansons de rap des ouvriers qui se tuent à la tâche, reprenant ainsi le trope de “l’enfant chinois travaillant chez Nike”. Ces chansons ne dénoncent cependant pas les travers du capitalisme mondialisé, ou encore les conditions de travail dans les usines de Foxconn, mais perpétuent un cliché à la limite du racisme sur la nature naturellement besogneuse des citoyens chinois. Ainsi JuL peut dire dans “Pourquoi tu me fais le gros”: “on taffe comme des Chinois H24 à gratter je trouve pas le sommeil” on encore “Je fais que taffer comme un Chinois” dans “Émotions”. Plus problématique, dans “Dom Perignon”, les rappeurs Blancs de Columbine remercient “le Chinois pour cette belle paire de Nike”, ce qui n’est pas sans rappeler Didier Super et son “petit enfant de la Chine”.

Dans “Abracadabra”, Booba “bosse comme un Chinois, j’fais des affaires”, tout en mettant en scène dans son clip… des personnes d’origine asiatique qui travaillent pour sa marque de vêtement, Ünkut:

En parlant d’Ünkut et de l’Asie, j’ai appris récemment que Booba avait ouvert un showroom de sa marque de vêtement à Hong Kong en 2013 – aujourd’hui fermé. Dans cette courte vidéo, on peut voir le DUC arriver à Hong Kong, acheter des Nike à Kowloon et zoner sur son téléphone dans son magasin Ünkut avant de reprendre l’avion. Zer.

Une chanson de Seth Gueko, exilé en Thaïlande, en featuring avec Gradur, est toute entière tournée autour du cliché Chinois = pays le plus peuplé du monde = travailleur. La chanson s’appelle justement “Chintawaz” – la manière dont Seth Gueko désigne les Chinois: “On est plein comme les Chintawaz / On charbonne comme les Chintawaz”:

“Travailler comme un Chinois” fait partie de tout un répertoires de clichés (ré)appropriés par les rappeurs, qu’ils mettent en perspective avec d’autres clichés prenant pour exemple d’autres communautés, ainsi que le rappe Hoos dans “Aniki mon frère” (une référence au film de Takeshi Kitano): “j’taffe comme un Chinois, je fume comme un Antillais“. Dans certains cas, plusieurs clichés raciaux sont associés, comme Dosseh qui gagne le bingo du poncif racial sur le travail, dans un feat avec Booba: “Bosse comme un nois-chi, gère le nessbi comme un Juif / C’est comme ça que je conçois je métissage”. On se rappelle de la rue de Doc Gyneco à La Chapelle (à l’époque où il ne votait pas encore pour Sarkozy), où toutes les communautés se croisaient et interagissaient:

Dans ma rue, les Chinois s’entraident et se tiennent par la main
Les Youpins s’éclatent et font des magasins
Et tous les lascars fument sur les mêmes joints
Dans ma rue, c’est une pub pour Benetton
Et tout le monde écoute les mêmes sons à fond
Mangeurs de casher ou de saucisson […]

À chacun sa banlieue. La mienne, je l’aime
Et elle s’appelle le 18ème

Certaines chansons sont malheureusement beaucoup (beaucoup) plus problématiques, comme cette récente chanson de L’Algérino, “Tching Tchang Tchong”, où le rappeur marseillais évoque une femme Thaïlandaise, en utilisant l’onomatopée offensant “Tching Tchang Tchong” pour désigner toute langue asiatique… Le clip est même coupable d’un geste encore plus offensant en mettant une scène une femme mimant “les yeux asiatiques” avec les doigts.

Une chanson qui n’a pourtant pas fait polémique, à l’inverse de l’Américain Lil Pump qui a été à l’origine d’une controverse internationale après avoir posté une vidéo de lui “faisant les yeux asiatiques” pour sa chanson “Butterfly Doors”, tout en utilisant l’onomatopée “Ching Chong”. Le rappeur a dû s’excuser, et une avalanche de morceaux produits par des rappeurs chinois s’en prenant à Lil Pump a déferlé sur la toile.

La chanson de l’Algérino a l’air de faire moins réagir en France. Une association, “Asia 2.0” a annoncé sur Facebook avoir déposé plainte contre l’Algérino. Un problème de représentation qui est illustré par Grace Ly dans son interview dans Brut, qui revient sur les phantasmes attribués aux Chinois.es, et qui débutent le plus souvent par la culture populaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.