Les festivals de musiques alternatives en Chine

La semaine dernière, c’était le Midi Music Festival de Shenzhen (30-31 décembre 2017), à la fois impressionnant et angoissant. Impressionnant par sa programmation, le nombre de spectateurs, et angoissant à cause de la présence policière et l’arsenal sécuritaire qui y était déployé. L’occasion donc de revenir sur les festivals de musiques alternatives en Chine, avec ce panorama non exhaustif, mais qui je l’espère, permettra d’en montrer les très nombreuses évolutions.

Elle descendait dans le midi, le midi.

Le Midi Music Festival (迷笛音乐节) est sans conteste le plus vieux et le plus respecté des festivals chinois. C’est également le plus grand, et celui qui attire le plus de monde – de 40 à 60 000 spectateurs à Pékin. Le Midi est tout d’abord une école de musique, la Beijing Midi School of Music (北京迷笛音乐学校), qui a ouvert ses portes en 1993, et qui fut la première à offrir des cours de musiques contemporaines, comme le rock, le jazz ou la pop. On ne peut surestimer ce qu’a représenté la Midi School of Music pour la musique alternative chinoise, ce fut un véritable incubateur de groupes de rock, de punk et de métal. C’est là que se sont rencontrés une grande partie des groupes les plus importants de la scène alternative chinoises: Twisted Machine (扭曲机器), Miserable Faith (痛苦的信仰), Second Hand Rose (二手玫瑰), c’est là qu’a étudié Wu Wei, le chanteur du groupe de punk wuhanais SMZB (生命之饼), Xie Tian Xiao (谢天笑), ou encore le rocker de Changsha Mu Ma (木马). C’est aussi grâce à la politique de recrutement du Midi que ces jeunes rockers ont pu aller étudier la musique: pas besoin d’avoir passé le gaokao (高考) pour rentrer au Midi.

A partir de 2000, l’école organise un festival de musique avec tous les groupes formés au sein du Midi, durant les vacances du 1er mai. Au départ le festival se déroulait à Pékin, dans les locaux de l’université. La petite scène punk-rock se retrouvait pour danser et boire des bières achetées dans des épiceries aux alentours. Un des rares témoignages vidéos de ce que fut le Midi Festival de la première époque est le superbe documentaire de Zhang Yang (non, pas celui de Shower) intitulé Post-Revolutionary Era (后革命时代), tourné lors du festival Midi de 2002:

On voit bien le côté artisanal du festival, le bordel et l’énergie des groupes. Face à l’afflux du public, le directeur du Midi, Zhang Fan, décide de déménager le festival au parc Haidian (海淀) de Pékin en 2004. Le festival a pris une importance grandissante à mesure que les jeunes spectateurs venaient en masse écouter les concerts de la fine fleur de la musique alternative chinoise. Le Midi a également commencé à inviter des groupes internationaux – comme les Anglais de Sham 69, les Israéliens de Useless ID ou le légendaire groupe français La Souris Déglinguée.

Les drapeaux – une tradition des spectateurs du Midi.

L’attention portée sur le Midi a aussi contribué à sa plus grande surveillance par les autorités municipales – beaucoup trop de jeunes aux cheveux décolorés et de musique décadente aux paroles subversives pour le gouvernement municipal. Ce qui devait arriver arriva, et en 2008, en pleine préparation des Jeux Olympiques, le Midi Festival est annulé. En 2009 le festival doit trouver un autre endroit où se tenir: ce serait à Zhenjiang, une ville moyenne située dans la province du Jiangsu. En 2010 le festival revient à Haidian, mais tous les ans le gouvernement municipal rechigne à donner l’autorisation au Midi, et déplace le festival de plus en plus loin dans la banlieue pékinoise. On voit apparaitre de plus en plus d’agents de sécurité (保安) au sein du festival, pour réguler les flux et « éviter les débordements ». L’ambiance reste cependant sensiblement la même – beaucoup de pogos, de tifos, de drapeaux et de stage diving – même les forces de sécurité sont entraînés par la foule. Le Midi Festival se développe également, et s’organise dans des villes moins tendues politiquement que Pékin: Shanghai, Shenzhen, Canton.

Vous vous imaginez bien que tout cela n’allait pas durer longtemps. Les options sécuritaires du gouvernement Xi vont avoir une profonde influence sur la manière d’organiser le Midi, à Pékin comme dans les autres villes chinoises. C’est pourquoi je voudrais venir sur la dernière édition en date du Midi, à Shenzhen le 30 et 31 décembre 2017. Pour le Midi de Shenzhen, le festival se déroulait au nord-est de la zone économique spéciale, sur le terrain de l’Universiade (大运中心). Premier choc: une rangée de flics à l’entrée du festival, après le passage au rayon X des sacs et validation des tickets, scannait systématiquement les cartes d’identité (身份证) des spectateurs chinois. Bonne ambiance. Deuxième choc: aucun alcool n’était en vente ni toléré dans l’enceinte du festival (un des organisateurs du Midi s’est excusé à la fin du festival en disant qu’il fallait que les gens « comprennent les circonstances particulières » du moment). Encore plus étonnant, ceux qui avaient réussi à arracher une cannette de bière vendu à prix d’or par le seul restaurant situé à l’intérieur du festival, avaient la mauvaise surprise de se faire prendre en photo par les keufs, la bière à la main. Durant la première journée de concert, une majorité « d’agents de sécurité » (保安) et de « forces spéciales de sécurité » (特保) assurait l’ordre au sein du festival, ordre qui consistait le plus simplement à harceler les festivaliers qui s’amusaient le plus bruyamment. Une règle non écrite et non-édictée durant le festival voulait que les spectateurs n’aient pas le droit de brandir les traditionnels drapeaux durant les concerts, ni ne puissent s’adonner à la joie du stage-diving, méthode qui consiste à se lancer dans la foule et se faire porter le plus loin possible lors d’un concert.

Au bout d’un certain temps, les forces de sécurité ont commencé à avoir du mal à mettre en œuvre  leur politique de criminalisation de la joie: trop de monde arrivait muni de drapeaux et se jetait dans la foule. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la police apprend de ses erreurs, et le lendemain les forces de sécurité étaient remplacées par des vrais policiers, munis de casques, tonfas, boucliers, et surtout une espèce de grande perche en métal permettant de saisir un individu de loin (un objet d’individuation sécuritaire qui ferait frémir de plaisir Michel Foucault). Un dispositif impressionnant était alors mis en place: les poulets quadrillaient le festival, avaient mis en place des barrières sur la scène même afin de répartir les foules en plusieurs zones plus facilement contrôlables. Dans chaque zone un policier était posté sur une chaise haute afin d’avoir une vue plongeante sur les jeunes spectateurs. Le public du Midi a ainsi assisté à des scènes ahurissantes, par exemple lorsqu’une cohorte de flics la bave aux lèvres fendait la foule pour faire redescendre violemment une personne qui venait de stage-diver pour ensuite l’escorter hors du concert. Une scène cocasse cependant: une jeune fille portée par la foule lors du concert de SMZB, a été violemment redescendue par une petite troupe de policiers. Alors qu’ils s’apprêtaient à la saisir, profitant d’un mouvement de foule, plusieurs personnes se sont interposées entre la jeune fille et les policiers, lui laissant le temps de s’enfuir à travers la foule. Ce fut par ailleurs un concert de SMZB extrêmement tendu, durant lequel le groupe a chanté des chansons éminemment subversives sans avoir prévenu les autorités (« Smash His Statue », chanson qui s’en prend à Mao, et durant laquelle on pouvait voir une vidéo de la place Tian’anmen projetée sur l’écran géant), repris en choeur par une dizaine de milliers de personnes. Le bassiste s’en ai pris vivement aux policiers lors du concert, les accusant de se montrer excessivement violents vis-à-vis de jeunes « qui représentent l’espoir du pays ». Une anecdote qui montre bien les changements progressifs de des dispositifs sécuritaire en Chine, qui investissent toutes les sphères de la société et combinent à la fois la technologie de pointe (reconnaissance faciale, scanner de cartes d’identité), et la violence la plus gratuite.

Coucou, toi.

Strawberry Festival / Strawberry Fucktival

Le deuxième festival de rock le plus célèbre en Chine est sûrement le « Strawberry Festival » (草莓音乐节). Le Strawberry est organisé tous les ans en même temps que le Midi Festival depuis 2009, par le label Modern Sky (摩登天空), dirigé par Shen Lihui, ancienne vedette du groupe de brit-pop « Sober » (清醒), celui qui a tenté de rendre le rock chinois plus « mainstream ». Le festival a ainsi pour but de promouvoir les groupes signés par Modern Sky. Alors que le Midi a pris un virage largement plus « métal » dans sa programmation, le Strawberry accueille tous les groupes phares de la scène rock indépendante, comme New Pants (新裤子), Long Shen Dao (龙神道), ReTros, AV Okubo (AV 大久保). Au départ localisé dans le district de Tongzhou à Pékin, le Strawberry s’est aussi implanté dans plusieurs villes (Shanghai, Wuhan, Xi’an, Chengdu…), avant également de devoir quitter Pékin à cause de la politique (anti) culturelle du gouvernement local – l’édition 2017 du Strawberry Pékin devait se dérouler dans le Hebei, il a pourtant été annulé.


Affiches du Strawberry Festival 2013 et du Strawberry Fucktival 2013

Le Strawberry Festival s’est aussi attiré les foudres des punks chinois. En effet, le festival organisé par Modern Sky n’a jamais pensé à programmer les groupes punks de la capitale dans ses diverses éditions, alors qu’il était organisé jusqu’en 2014 à Tongzhou, la banlieue de Pékin où une grosse partie des groupes de punks habitent. Afin de protester contre l’absence de groupes punks dans un festival se voulant alternatif en plein Tongzhou, les punks ont décidé de monter leur propre festival, le « Strawberry Fucktival ». En reprenant les codes graphiques du Festival, les punks de la capitale, emmenés par Spike, le chanteur de Demerit, ont organisé le même jour que le Strawberry leur propre festival à Tongzhou, en 2013 dans un bar appelé le Bar Houyuan (后院酒吧), puis en 2014 dans le nouveau bar de Spike, le DMC. L’organisation du Fucktival se voulait démocratique et égalitaire, à la différence du Strawberry.


Affiches du Strawberry Festival 2014 et du Strawberry Fucktival 2014.

Le Beijing Punk Festival / Beijing Drunk Fest

En août 2004 est organisé le premier Festival Punk de Pékin par Lei Jun, le chanteur du groupe skinhead Misandao (蜜三刀). L’affluence varie au grès des ans, la plupart du temps le MAO Livehouse est réquisitionné par les punks durant deux jours. Les groupes programmés sont souvent ceux qui gravitent sous l’influence de Misandao, Early Bus, The Dancers, Hell City… En 2013 le festival déménage au 2 Kolegas, un espace plus pratique, qui permet d’organiser des activités en extérieur (dont des brochettes de mouton, ce qui est pratique quand on a faim et qu’on est un punk). Malheureusement en 2014, alors que le festival devait se tenir à nouveau au 2 Kolegas, celui-ci est obligé de fermer après une descente de police, lors de laquelle plusieurs personnes sont incarcérées après des tests d’urine positifs… Le festival déménage en catastrophe dans une salle de 798, le district « artistique » de Pékin, quelques jours après l’interdiction du festival du cinéma indépendant par la police. Une ambiance électrique, des flics en civil débarquant à l’improviste, et Lei Jun qui doit négocier avec la bleusaille. Le festival s’exporte aussi: il est présent désormais à Shanghai et Chongqing. Malheureusement, la mort prématurée de Lei Jun a mis fin pour l’instant à l’organisation du Beijing Punk Festival, après 10 éditions.

Nos amis punks de Tongzhou étant toujours dans les bons coups, une controverse assez célèbre a éclaté entre Lei Jun de Misandao et Spike de Demerit quelques jours avant le Beijing Punk Festival de 2014. Spike a accusé Lei Jun de ne programmer que des groupes proches de lui, de ne pas reverser de manière égalitaire les cachets, de faire payer trop cher les billets d’entrée et d’accepter d’être sponsoriser par des entreprises – comme Doc Martens. Lei Jun a quant à lui reproché à Spike de… ne pas être natif de Pékin et d’être jaloux. Tout ça s’est terminé par un rappel à l’ordre de Wu Wei. Bref, comme d’habitude la réponse des punks de Tongzhou a été d’organiser leur propre festival de punk, le Beijing Drunk Fest. Et comme annoncé dans le titre, on y a beaucoup bu.

Voilà donc pour ce tour d’horizon de quelques festivals de musiques alternatives en Chine. Bien entendu, il y en a bien d’autres, comme le Beijing Pop Festival – qui n’a connu que deux éditions néanmoins – qui, en 2007 a marqué le retour sur une scène pékinoise de Cui Jian, après avoir été interdit de concerts dans la capitale depuis 1989. Comme toujours, si vous avez l’occasion et l’opportunité n’hésitez pas à aller en festival, en concert, et à soutenir les scènes locales.

Pour aller plus loin:

Comme on parlait du Strawberry Festival organisé par le label Modern Sky, voici un article intéressant publié en 2000 sur la manière dont Modern Sky a tenté à la fin des années 1990 de rendre le rock chinois mainstream:


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.