Histoire de la censure de la musique à Taïwan sur Radio Taïwan International

En décembre 2021, Clément Tricot m’a invité pour une série de quatre émissions sur Radio Taïwan International sur l’histoire de la censure de la musique à Taïwan. Nous y avons parlé des mécanismes institutionnels de la censure, de la colonisation japonaise jusqu’à la fin de la dictature militaire, et des manières dont les artistes se sont adaptés à cette censure, un peu comme je l’avais déjà fait dans le cas chinois. Je reviens donc ici sur ces quatre émissions, en proposant des compléments et des indications bibliographiques pour aller plus loin. Je remercie encore chaleureusement Clément Tricot de m’avoir invité et Radio Taïwan International de m’avoir ouvert les portes de ses archives musicales.

1. Connaissez-vous la première chanson censurée de Taïwan?
2. Après la seconde guerre mondiale, une censure des chansons chaotique
3. L’apparition du campus folk au défi de la censure
4. La dernière chanson censurée, une ode à l’exaltation?


1. Connaissez-vous la première chanson censurée de Taïwan?

Cette première émission s’intéresse plus particulièrement aux débuts de la l’industrie musicale taïwanaise, à partir de la période de la colonisation japonaise (1895-1945). Avec la colonisation japonaise, les premières maisons de disque vont s’installer à Taïwan au tout début du XXe siècle, comme la Nipponophone Company, première maison de disque japonaise créée à Taïwan en 1910 qui produisait également des gramophones. Les maisons de disques produisaient alors majoritairement des disques en japonais ou importaient des disques en chinois de Shanghaï. Le fameux label Columbia Records est créé à Taïwan avec des capitaux américains et japonais, et commence à produire des chansons populaires en taïwanais (taiyu 台語 ou hokkien) et en hakka. La première chanson à être censurée date de 1934, elle s’intitule “街頭的流浪” – ou “Le vagabond des rues” et est interprétée en taïwanais. La chanson aborde les thèmes du chômage, de la précarité, ce qui ne plait guère au colon japonais, qui voit dans sa popularité une menace pour sa légitimité.

L’économie empire d’année en année, et les affaires de jour en jour
Le patron ne fait pas d’argent, et va vivre seul sans salaire
Aiyo, Aiyo, mes frères chômeurs […]

La seconde guerre sino-japonaise qui débute en 1937 va accélérer la militarisation de Taïwan. Le colon japonais va imposer des chants martiaux, qui utilisent des airs de musique populaire pour y ajouter des paroles nationalistes en japonais. Avec le repli du gouvernement nationaliste chinois en 1949 à Taïwan, les institutions de censure de la République de Chine, comme le Government Information Office 行政院新聞局 – créé en 1947 à Nankin – s’installent à Taïwan. Certaines chansons populaires en taïwanais, comme “Rainy Night Flower” 雨夜花 ou “Mending the Net” 補破網 (qui deviendra un des hymnes du mouvement démocratique) se retrouvent rapidement censurées…

Pour aller plus loin:


2. Après la seconde guerre mondiale, une censure des chansons chaotique

Ce deuxième épisode est plus particulièrement centré sur la période qui suit la Seconde Guerre mondiale, avec l’arrivée du gouvernement nationaliste chinois à Taïwan. La dictature militaire a des conséquences profondes sur la musique populaire taïwanaise, les chansons japonaises et celles considérées comme pro-communistes sont bannies; sont encouragés les chants martiaux, nationalistes et en mandarin. On retrouve certains critères explicites dans la mise en place d’une censure encore balbutiante: sont ainsi interdites les chansons “de gauche”, pro-communistes, qui ont un impact négatif sur le morale des citoyens, ou qui traitent de problèmes sociaux. Certaines chansons sont censurées par exemple parce qu’elles contiennent le mot “rouge”. La censure s’abat le plus systématiquement sur les chansons en langue taïwanaise, notamment celles du chanteur populaire Wen Hsia 文夏, dont la chanson la plus célèbre, “媽媽請妳也保重” (“Maman, fais attention à toi”), est régulièrement interdite.

De nombreuses chanteuses très populaires, qu’elles chantent en mandarin ou en taïwanais, sont souvent accusées de saper le morale de la jeunesse ou de chanter des chansons trop licencieuses. Cette censure patriarcale s’en prend prioritairement aux femmes, notamment Teresa Teng 鄧麗君, Yao Su Rong 姚蘇蓉, ou encore Fong Fei-Fei 鳳飛飛. Certaines se voient retirées leurs permis de chanter en public. Yao Su Rong (la “reine des chansons censurées”) est ainsi contrainte de quitter Taïwan où elle ne peut plus se produire, pour s’installer à Hong Kong puis Singapour, où elle vit encore aujourd’hui. Sa chanson “負心的人” (“La personne sans coeur”) était particulièrement visée par le pouvoir nationaliste, car jugée trop sentimentale.

Pour aller plus loin:

  • Andrew F. Jones, Circuit Listening. Chinese Popular Music in the Global 1960s, Columbia University Press, 2020.
  • Tung-Hung Ho, “Profiling a Postwar Trajectory of Taiwanese Popular Music: Nativism in Metamorphosis and Its Alternatives”, in Eva Tsai, Miaoju Jian, Tung-hung Ho (ed.), Made in Taiwan Studies in Popular Music, Routledge, 2020.

3. L’apparition du campus folk au défi de la censure

Le “campus folk” (校園民歌) représente un mouvement musical et politique qui va bouleverser la scène culturelle taïwanaise des années 1970. Après l’éviction de Taïwan de l’ONU en 1971, remplacée par la République Populaire de Chine, et la perte de nombre de ses alliés diplomatiques, la jeunesse taïwanaise est confrontée à une crise identitaire qui se traduit par une effervescence artistique et politique. Des chanteurs et des chanteuses, comme Lee Shuang-tze 李雙澤 vont imposer de nouvelles manières d’écrire et de chanter, proclamant qu’il faut à présent “chanter nos propres chansons” 唱我們自己的歌 – des chansons qui se démarquent des chants martiaux du KMT et de l’hégémonie musicale américaine, les chansons populaires américaines étant arrivées à Taïwan avec les GIs. Les chansons phares du campus folk tentent de définir un nouveau rapport à la nation et à l’identité chinoise, ou questionnent la pertinence d’une sinité fantasmée à Taïwan. Certaines de ces chansons seront cooptées, à la fois par le KMT et le PCC (comme “龍的傳人”, “Descendants du dragon”, écrite par Hou Dejian 侯德健 qui l’interprétera à la CCTV chinoise lors du Gala du nouvel an en 1988). La chanteuse Yang Zu-jun 楊祖珺, qui interprétera plusieurs chanson écrites par Lee Shuang-tze, sera à l’avant-garde des mouvement démocratiques taïwanais – et sera régulièrement censurée.

“Chanter nos propres chansons”, c’est un impératif que l’on retrouve encore aujourd’hui, chez certains groupes indé de la scène taïwanaise, comme Touming Magazine 透明雜誌, qui en a fait quelque chose de plus personnel:

Pour aller plus loin:

  • A-chin Hsiau, Politics and Cultural Nativism in 1970s Taiwan: Youth, Narrative, Nationalism, Columbia University Press, 2021.
  • 張釗維, 誰在那邊唱我們自己的歌. 台灣現代民歌運動史, 2003.

Si vous vous intéressez au mouvement du campus folk, plusieurs compilations, livres de témoignages et documentaires sont sortis récemment pour les 40 ans du mouvement, dont le combo livre/CD “民歌40. 1975-2015再唱一段思想起” ou encore le documentaire de 侯季然, “四十年” (Ode To Time). De nombreux concerts commémorant les grande figure du mouvement sont organisés tous les ans à Taïwan.


4. La dernière chanson censurée, une ode à l’exaltation?

Cette série d’émissions sur la censure de la musique à Taïwan s’achève avec la démocratisation de Taïwan et l’arrêt de la censure – le Government Information Office n’est démantelée qu’en 2012, mais la censure n’est déjà plus d’actualité dans les années 1990. À partir des années 1970, la censure se fait effectivement plus professionnel et bureaucratique. Les artistes doivent remplir des documents avant la publication de leurs albums, et passent par une vérification de leurs paroles par les institutions officielles. On peut trouver ces documents aujourd’hui dans l’exposition consacrée à la musique populaire du Taipei Music Center, avec la fiche remplie par le rocker Lo Ta-yu 羅大佑 lors de la sortie d’un de ses albums. Le rocker est coutumier du fait, plusieurs de ses chansons se font ainsi censurées, notamment “超级市民” (“Super Citizen”) sur l’album de 1984, qui traite de la pollution à Taipei et Kaohsiung.

La censure se poursuit avec moins de régularité, alors que le pays se démocratise progressivement. Blacklist Studio 黑名單工作室, un groupe engagé mélangeant rap, rock et punk en taïwanais, est l’un des derniers à être censuré en 1989 pour la chanson “民主阿草” (“Democracy Bum”) qui se moque de la société taïwanaise de l’époque, en ridiculisant le KMT, les soldats, ou les gens du peuple.

Le dernier album à être censuré cependant est produit un an plus tard en 1990 par le proto-punk Sissey Chao 趙一豪. L’album Pull Myself Out 把我自己掏出來 est censuré pour sa référence très explicite à la masturbation. C’est à l’orée des années 1990 que saute ainsi la dernière digue de la censure taïwanaise – la sexualité.

Pour aller plus loin:

  • Nancy Guy, “Popular Music as a Barometer of Political Change: Evidence from Taiwan”, in The Oxford Handbook of Music Censorship, Oxford University Press, 2017

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search