“你有freestyle吗?” The Roots of Censorship in Chinese Hip-hop / Aux racines de la censure du hip-hop chinois

“你有freestyle吗?” (Do you freestyle?) The Roots of Censorship in Chinese Hip-hop

Chinese hip-hop has recently received extensive coverage in the international media. Dozens of articles, published everywhere from the BBC to l’Express toTime, have attempted to explain the astonishing attempts by the Chinese authorities to censor Chinese rap following the genre’s spectacular rise to prominence throughout the country’s official media over the last few years. On 19 January 2018, a short dispatch from the Sina agency reported that Gao Changli (高长力), Director of Publicity for the State Administration of Press, Publication, Radio, Film and Television (SAPPRFT), announced that Chinese media were henceforth forbidden to invite guests such as tattooed artists (wenshen yiren 纹身艺人) or representatives of hip-hop culture (xiha wenhua 嘻哈文化), sub-cultures (ya wenhua 亚文化), or “dispirited culture” (sang wenhua 丧文化).In addition, guests invited to appear on Chinese media are obliged to follow a strict protocol and never “disagree with Party rules, use vulgar language, or display a low ideological level.” So what made the Chinese authorities decide to ban hip-hop from the national airwaves in the space of just a few weeks? Before we trace the origins of these events as reported by Chinese and international media, it is first necessary to retrace the history of hip-hop in China, from its birth in the “underground” to its recent commercial breakthrough, in order to better understand the contradictory methods of censorship employed by the Chinese authorities.

Read the entire article on the CEFC website.

 

« 你有freestyle吗 ? » (Est-ce que tu as du freestyle ?) Aux racines de la censure du hip-hop chinois 

Le hip-hop chinois a récemment fait l’objet d’une couverture médiatique internationale importante. Des dizaines d’articles, de la BBC à l’Express en passant par leTime tentent d’expliquer l’étonnante censure du rap chinois voulue par les autorités communistes, après sa spectaculaire émergence ces dernières années dans les médias officiels. Le 19 janvier 2018, une courte dépêche de l’agence Sinaindique que l’Administration générale de la presse, de l’édition, de la radiodiffusion, du cinéma et de la télévision (SAPPRFT), aurait par la voix de son responsable des relations publiques Gao Changli (高长力) interdit aux médias chinois de mettre à l’antenne des personnes tatouées (wenshen yiren 纹身艺人), des représentants de la culture hip-hop (xiha wenhua 嘻哈文化), des sous-cultures (ya wenhua 亚文化) et de la « culture de la démotivation » (sang wenhua 丧文化). Les invités des médias chinois doivent par ailleurs suivre des règles précises, ne pas « être en désaccord avec les règles du Parti, ne pas utiliser de langage vulgaire et ne pas avoir un niveau idéologique trop faible ». Que s’est-il donc passé pour que les autorités chinoises décident en l’espace de quelques semaines, de bannir le hip-hop des ondes nationales ? Avant de revenir aux origines de cette affaire, telle qu’elle a été rapportée par les médias chinois et internationaux, il nous faudra tout d’abord retracer l’histoire du hip-hop en Chine, de ses origines underground à sa récente commercialisation, ce qui nous permettra de mettre en évidence les mécanismes contradictoires de la censure par les autorités chinoises.

Lisez l’article en ligne sur le site du CEFC.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.