“C’est notre utopie! Les collectifs punk en Chine”

Du 20 au 24 septembre 2023, une exposition présentant des archives que j’ai collectées durant mes recherches doctorales sur le punk chinois (photographies de terrain, t-shirts, albums, posters, etc.) était installée au Centre de la Vieille Charité à Marseille, durant le festival Allez Savoir 2023 de l’EHESS à Marseille. Cette dernière édition du festival avait pour thème “Voyage en Utopies”, et pour cette occasion j’ai rassemblé plusieurs éléments ayant trait à l’utopie au sein des communautés punk de Tongzhou et Wuhan. Les manières d’habiter, de se rassembler, d’organiser des événements ou de former des collectifs contestant les expropriations sont autant d’exemples d’utopies réelles menées par les punks chinois. Le titre de l’exposition, “C’est notre utopie!” provient par ailleurs d’une chanson de Demerit, “T.Z Generation” (“這是我們的烏托邦”), qui revient sur l’installation au milieu des années 2000 de toute une génération de jeunes punks dans cette banlieue est de Pékin.

L’exposition était ainsi composé de deux panneaux présentant les situations de Tongzhou et Wuhan, un grand panneau composé d’une mosaïque de posters punks chinois, une vitrine présentant divers objets produits par les punks de Tongzhou et Wuhan. Un écran passait une vidéo d’une vingtaine de minutes réalisée par mes soins, permettant de voir et d’entendre ce qu’il se trame dans ces espaces.

C’est cette vidéo que je vous propose désormais de regarder aujourd’hui en ligne. J’y ai ajouté des sous-titres en anglais et en français. La vidéo se compose de trois parties: 1. Une partie sur ce que le groupe Demerit a nommé “l’utopie de Tongzhou” (通州烏托邦), 2. L’expérience punk de Wuhan avec la création d’un “Centre autonome de la Jeunesse”, 3. Ainsi qu’une réflexion sur le caractère nomade de ces utopies.

Cette exposition venait également compléter une table ronde organisée le 21 septembre 2023 à la Bibliothèque de l’Alcazar, avec Isabelle Thireau et Laurent Grün, intitulée “Les espaces nomades des collectifs punk dans le monde sinophone”. Comme tout cela est très bien fait, vous pouvez retrouver l’intégralité de la table-ronde ci-dessous, ainsi que sa présentation sur le site du festival:

Qu’est-ce qui distingue, ou rapproche, ces lieux de la contre-culture punk à Pékin et à Marseille ? 

L’utopie traverse de différentes manières l’espace du monde sinophone. Elle traverse notamment l’histoire de la République populaire de Chine par les tentatives, depuis le milieu du XXe siècle, de réalisation effective d’un projet utopique. Ces tentatives n’ont pu s’imposer sans recours à la violence ni privation de la liberté individuelle, et donc déni de tout élan utopique. Elle a fait surgir depuis les années 1980 des œuvres littéraires, fictions utopiques revenant de manière ironique sur des épisodes historiques passés et les imaginant à nouveaux frais comme porteurs d’une utopie contestataire au regard de l’utopie officielle alors imposée. Depuis le mitan des années 1990, elle s’incarne dans des espaces, marginaux à plusieurs titres, où de nouvelles formes de vie et d’expression sont expérimentées et désignées par les acteurs comme utopiques : utopiques car imaginées par celles et ceux qui les testent et qui les reconfigurent sans cesse, loin des critères officiels ; utopiques car manifestant en elles-mêmes la possibilité et la liberté, malgré tout, d’imaginer précisément – pour revenir une nouvelle fois à l’argumentaire – « un monde autre et meilleur ».

De ces espaces, les groupes musicaux punk, dont Nathanel Amar est l’un des meilleurs connaisseurs, sont aujourd’hui un exemple. De fait, les punks mettent en avant un discours de vérité – une opération particulièrement complexe dans la Chine contemporaine, qui implique l’invention de formes d’expressivité singulières pour faire fi des différentes formes de dénis ou de fictions que portent le récit officiel. Ils investissent également des espaces à la dimension utopique revendiquée. Ces bâtiments (parfois baptisés ironiquement « Centre social pour la jeunesse », ou « Notre maison ») constituent à la fois des lieux d’échanges d’information et notamment d’écrits alternatifs, centres de conférences, des scènes où jouer et des lieux où vivre ensemble. Souvent provisoires car voués à se déplacer au gré des transformations et contraintes de leur environnement, ces lieux ne cessent de se renouveler et d’inventer de nouvelles expressions de l’utopie dans le monde sinophone.

Enfin, voici une courte interview que j’ai faite lors du festival, pour parler plus précisément de la notion d’utopie!



Citer ce billet
Nathanel Amar (2023, 28 septembre). “C’est notre utopie! Les collectifs punk en Chine” Scream For Life. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/twz7

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search