Underground Baby (地下婴儿 – Dixia Ying’er) – « Awakening » (« 觉醒 » – « Jue Xing »), 1999

Premier groupe de punk chinois, Underground Baby (aussi connu sous le nom d’UnderBaby ou 地下婴儿 – Dixia Ying’er)? La légende veut que « Tous pareil » (« 都一样 » – « Dou yiyang ») soit le premier morceau de punk pékinois. On reviendra sur cette controverse sur la généalogie du punk chinois – certains wuhanais revendiquant la paternité du punk, et personne ne s’accordant sur la date de naissance officiel du punk chinois, qui court de 1991 à 1996. Admettons donc qu’UnderBaby soit le premier groupe de punk (pékinois). Le groupe voit le jour en 1991 selon la légende contée par les frères Gao, fondateurs du groupe – Gao Wei (高伟) et Gao Yang (高阳), dans la cave de leurs parents. On retrouve la trace du groupe en 1995 lors des premiers concerts publics de punk pékinois, organisés dans des bars à karaoké, puis plus tard dans des bars proches du quartier des grandes universités pékinoises. C’est là qu’UnderBaby se fait connaître, en compagnie de The Fly (苍蝇) et Catcher in the Rye (麦田守望者), deux groupes de rock garage, qui posent les fondements de la musique punk dans la capitale chinoise. La reconnaissance arrive en 1996, lorsque leur chanson « 都一样 » – « Dou yiyang », enregistrée pour l’occasion, est incluse dans la compilation « 中国火II » (« Zhongguo Huo II »), qui regroupe la fine fleur de la musique indépendante chinoise. UnderBaby côtoie ainsi dans « 中国火II » les célèbres rockers Dou Wei (窦唯), Zhang Chu (张楚) ou encore Wang Yong (王勇).

Mais UnderBaby est également connu pour avoir grandement contribué à l’éclosion du punk pékinois en ouvrant la première salle de répétition dans l’annexe du restaurant de canard laqué de leur parent, à Baihua’r hutong, dans le quartier de Xinjiekou (dans le district de Xicheng). Cette minuscule salle de répétition a été durant la seconde moitié des années 1990 le véritable lieu de socialisation des groupes punks pékinois, qui venaient répéter, fumer et boire chez les frères Gao. David O’Dell, étudiant américain à l’Université de Pékin dans les années 1990, se souvient de sa première visite de Baihua’r hutong:

« On top were overflowing ashtrays made of soda cans elaborately twisted in half and notched with cigarette holders […] The furniture was sparse. A wobbly metal shelf next to the door held some cassette tapes and a dusty umbrella. Next to the cot an old couch sat with rips all over it, some by age, some on purpose. The walls were the typical Beijing chalky whitewash on grey concrete randomly decorated with magazine posters of rock and roll centerfolds and Chinese graffiti. The second room was split by a curtain of plastic strings for a door. I poked my head in to see a generic beat-up drum set and a large homemade amp with a blown woofer. There were two microphone stands ready at attention and a collection of patch cables slithering along the concrete floor. The room had a spare twin-size mattress leaning up against a sink that had been installed as an afterthought. The mattress took up half of the wall space in the room. It gave me a new perspective on how incredibly small this room was to be a rehearsal space for one person, much less a three-piece band ».

David O’DELL, Inseparable. The memoirs of an American and the story of Chinese punk rock, Manao Books, 2011, pp. 21-22.

Gao Wei et Gao Yang à Baihua’r hutong, 1996, David O’DELL, ibid.


Affiche d’un concert d’UnderBaby en compagnie de Catcher in the Rye le 3 mai 1996.

Les chansons d’UnderBaby représentent bien l’état d’esprit des premiers punks pékinois: un certain désenchantement juvénile, une rage impérieuse, et bien souvent une ironie face aux autorités – comme en témoigne certains passages de la chanson « Awakening » (« 觉醒 » – « Juexing »): « Je veux prendre mon sang et mes excréments / Et tout balancer sur le drapeau ». C’est en 1999 qu’UnderBaby sort son premier album sur le label Taiwanais Magic Stone, intitulé, à l’instar de la chanson précédemment citée, « Awakening » (« 觉醒 » – « Juexing »). On y retrouve 16 titres, tous représentatifs de l’état d’esprit du groupe dans les années 1990:

UnderBaby [Dixia yinger – 地下婴儿], « Dou yi yang » [« Tous pareil » – « 都一样 »] In Awakening [Juexing觉醒], Magic Stone, 1999.

UnderBaby (Dixia yinger地下婴儿), « Awakening » (« Juexing«  – « 觉醒 ») In Awakening (Juexing – 觉醒), Magic Stone, 1999.

Un an après la publication du premier album d’UnderBaby, Gao Wei apparaît dans le documentaire de Wang Shuibo (王水泊), Swing In Beijing (Youzai, Beijing悠哉, 北京, 2000), qui s’intéresse aux artistes indépendants chinois de la fin du XXe siècle, au même titre que le cinéaste Jia Zhangke (贾樟柯) ou le metteur en scène Meng Jinghui (孟京辉).

Quels que soient les polémiques quant à la généalogie véritable du punk chinois, UnderBaby a véritablement représenté un tournant pour la musique alternative pékinoise, et le premier point de passage entre le rock chinois des années 1980 et la nouvelle vague punk de la fin des années 1990. UnderBaby est le groupe incontournable des années 1990, car il a réussi à capter mieux que quiconque l’état d’esprit de la jeunesse pékinoise, et l’a restitué de façon à ce que le mouvement rock et les artistes indépendants puissent s’en emparer. Outre l’apparition de Gao Wei dans un documentaire indépendant chinois, UnderBaby est aussi présent dans l’anthologie New Sound of Beijing (北京新声 – Beijing Xinsheng) de Ou Ning (欧宁) Yan Jun (颜峻) et Nie Zheng (聂筝) publié en 1999. C’est aussi la limite du groupe, qui n’a jamais su se réinventer, ni proposer autre chose qu’un vague malaise adolescent à un public punk avide de catharsis plus efficaces.

Après s’être séparé, le groupe s’est reformé provisoirement en 2008 pour un concert au D22 à Pékin. Pour l’occasion le groupe avait rappelé l’ancien bassiste Sun Dawei (孙大威), aujourd’hui plus connu des amateurs de musiques électroniques sous le nom de Sulumi.


Affiche du concert d’UnderBaby le 10 mai 2008 au D22.

C’est en 2012 qu’un UnderBaby complètement remanié sort son deuxième album, « Métamorphose » (« 蜕变 » – « Tuibian »). Le groupe abandonne ses mélodies punks pour un rock atmosphérique décevant, aux textes insipides (pas de neutralité axiologique vue le prix du billet de concert).


Affiche du concert d’UnderBaby au Post-Mountain (Pékin), le 25 janvier 2013.

Ecouter le premier album d’UnderBaby (地下婴儿), Awakening (觉醒), Magic Stone, 1999:


Track list:
1. 几公斤蔬菜 (Quelques kilos de légumes)
2. 觉醒 (Éveil)
3. 小弟弟 (Petit frère – mais aussi  Petit zizi)
4. 束缚 (Entrave)
5. 被抛弃的游戏 (Jeu abandonné)
6. 我只有音乐 (Je n’ai que la musique)
7. 简单 (Simple)
8. 拒绝 (Refus)
9. 种子 (Graine)
10. 我得了忧虑症 (Je suis anxieux)
11. 一条腿跳舞 (Un pas de danse)
12. 再来点儿 (Encore)
13. 前冲 (Plongeon)
14. 门 (Porte)
15. 地下婴儿 (Underground Baby)
16. 都一样 (Tous pareil)

Ecouter le deuxième album d’UnderBaby (地下婴儿), 蜕变  (Métamorphose), Treemusic, 2012:

 

Track List (la traduction en anglais des titres est du groupe lui-même):
1. 连环梦 (Chain of Dream)
2. 摇滚琥珀 (Rock’n’Roll amber)
3. 喋喋不休 (Nonstop)
4. 墙上的砖 (The brick on the wall)
5. 该做的事 (Thing to do)
6. 所有转变就在一瞬间 (All change in the blink of eye)

Pour aller plus loin:

Le site douban d’UnderBaby: https://site.douban.com/underbaby/

David O’DELL, Inseparable. The Memoirs Of An American And The Story Of Chinese Punk Rock, Manao Books, 2011.

OU Ning [欧宁], YAN Jun [颜峻], NIE Zheng [聂筝], Beijing Xinsheng [北京新声 – New Sound of Beijing], Hunan yishu chubanshe, 1999.

YAN Jun [颜峻], Ranshao de zaoyin [燃烧的噪音 – Un bruit brûlant], Jiangsu renmin chubanshe, 2004.

Jeroen DE KLOET, « Popular Music and Youth in Urban China: The Dakou Generation » In The China Quarterly, Septembre 2005, n°183.

Et pourquoi pas écouter du Sulumi, ancien bassiste d’UnderBaby, reconverti dans l’électro 8-bits:


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.