Wuliao Contingent (无聊军队), 1999

Si UnderBaby a ouvert la voie de la musique punk en Chine, en offrant notamment la possibilité aux groupes de se retrouver dans leur salle de répétition à Baihua’r hutong, c’est le collectif « Wuliao Jundui » (无聊军队) qui a véritablement posé les bases du punk chinois, pour le meilleur comme pour le pire. Spoiler alert: il n’y aura pas de happy end pour ces premiers groupes punks.

                       
Les deux albums du Wuliaojundui, la captation du concert de Noël 1998 et l’album éponyme de 1999.

Mais revenons un peu en arrière: Underbaby et les frères Gao imposent un nouveau style musical au sein de la communauté du rock underground, en jouant des chansons punks aux côtés de Catcher in the Rye, The Fly, mais aussi des rockers plus expérimentés, comme Dou Wei (窦唯) ou Cui Jian (崔健), qui assistent et participent aux concerts de cette nouvelle génération. Autour d’UnderBaby gravitent de jeunes punks, qui vont profiter de la salle de répétition des parents Gao pour se former à la musique punk. De cette ébullition musicale va naître un collectif punk, le « Wuliao Jundui » (“无聊军队 »), que l’on pourrait traduire par « L’armée de l’ennui », composé (principalement) de quatre groupes: Brain Failure (脑浊), Reflector (反光镜), Anarchy Boys (ou Anarchy Jerks, ça dépend des jours – 无政府主义的男孩), et 69. Il faudrait écrire un article sur chacun de ces groupes, mais pour le moment nous allons nous occuper du collectif et de ses productions musicales.


Clip de Reflector (反光镜) chantant « Scream Club » (« 嚎叫俱乐部 »), un hommage au Scream Club.

Avant tout, une petite réflexion sur le nom du collectif, Wuliao Jundui – 无聊军队. Il y aurait beaucoup à dire sur « l’ennui » en Chine contemporaine, notamment chez les jeunes. Les années 1990 signifient pour un bon nombre de jeunes le début d’une ère d’ennui collectif au sein d’une société qui valorise la réussite personnelle. Pour cette jeunesse déscolarisée, en échec scolaire ou encore en rupture familiale, ce « moment Guizot », initié par la « tournée dans le sud » de Deng Xiaoping, est très mal vécu: il n’y avait concrètement « rien à faire » à cette époque si l’on a ni argent à dépenser ni perspective de carrière. Mais, « ne rien faire » est en soi une activité intense pour les jeunes prolétaires, comme le montrait Paul Corrigan dans « Doing Nothing », c’est un moment où se retrouver, discuter, et pourquoi pas, former un groupe. On pourrait même ajouter que le moment du désoeuvrement est propice à la fête, et plus encore à la musique:

« Le désœuvrement, qui définit la fête, n’est pas la simple inertie ou abstention : il s’agit, plutôt, d’une sanctification, c’est-à-dire d’une modalité particulière de l’action de la vie […] Qu’est-ce que la danse sinon la libération du corps de ses mouvements utilitaires, l’exhibition des gestes dans leur pur désœuvrement ? ».

Giorgio Agamben, « Une faim de bœuf. Considérations sur le shabbat, la fête et le désœuvrement » in Nudités, Rivages Poche, 2012, p. 147.

Le Wuliao Jundui est lié à un lieu spécifique, le Scream Club (嚎叫俱乐部), situé près du district des universités. Les punks avaient auparavant d’autres endroits où se produire, comme le CD Café, ou l’Angel Bar, qu’ils partageaient néanmoins avec la scène rock de la capitale. Le Scream Club est pensé avant tout pour et par les punks, qui leur laisse le soin de décorer la façade de tags. Créé en 1997 par Lü Bo (吕玻), un jeune amateur de musique arrivé du Shandong l’année précédente, le Scream Club accueillait toutes sortes de concerts et de performances punks. Lieu mythique – que certaines anciennes gloires comme Brain Failure tentent de ressusciter le temps d’un concert en recréant un décor à l’effigie du club – le Scream Club a permis aux premiers groupes punks d’organiser des concerts, et d’enregistrer leurs performances. En 1999, le Scream Club ouvre sa maison de production, « Scream Records » (嚎叫唱片), qui produit les deux premiers disques du Wuliao Jundui. Le « Scream Records » est pour Lu Bo le moyen de perpétuer le Scream Club, qui a dû fermer suite à des pressions administratives et bureaucratiques. Il réussi cependant à passer un accord avec la maison de production officielle « Jingwen Records » (京文唱片) afin de produire ses albums. Le premier est la captation d’un concert organisé au Scream Club pour Noël 1998 (1998圣诞 无聊军队在嚎叫俱乐部). On y retrouve Brain Failure, 69, Reflector, et Rock Star, un groupe mené par Tina, une étudiante italienne de Pékin. Le deuxième album du Wuliao Jundui, sorti en 1999, est un véritable monument du punk chinois, aujourd’hui encore inégalé.

Ecouter l’album de Noël 1998 du Wuliao Jundui: 

Track List:

Rock Star:

1 铃儿响叮当(圣诞歌)(Jingle Bells)
2 I hate you
3 126p
4 We are rock star
5 My way
6 Love you so

Brain Failure:

7 我们的乐园 (Notre paradis)
8 MY HARD CORE
9 主意 (Idée)
10 时代 (Génération)
11 顽主 (Imbécile)

69:

12 一代
13 朋克万岁 (Vive le punk)
14 革命 (Révolution)
15 明天 (Demain)

Reflector:

16 听话 (Ecoute)
17 嚎叫 (Scream)
18 飞 (Voler – on préférera le terme anglais « high », qui rend mieux la polysémie opiacée du terme)
19 无聊军队 (Contigent de l’ennui)

Par sa taille tout d’abord: c’est un double CD avec 40 chansons énergiques à l’intérieur, certaines ne dépassant pas une minute. Par la diversité de ses influences ensuite. On y retrouve toutes les formes de punk-rock, digérées en quelques années par quatre groupes pékinois. On passe du punk classique – comme dans la chanson « Vive le punk » (« 朋克万岁 ») de 69 – au ska-punk comme dans « Three Dirty Punx » (« 三个脏朋克 ») de Brain Failure (qui n’est pas sans rappeler « Les trois petits keupons » de Ludwig Von 88), à la oi! dans le morceau « Chinese Oi » d’Anarchy Boys, jusqu’au hardcore dans « My Hardcore » de Brain Failure et le pop-punk de Reflector (au hasard, « Garde ce petit secret jusqu’en 2000 » – « 让小秘密混到2000年 »). Un condensé de l’énergie qui animait le milieu punk en cette fin de siècle.

Ecouter le double album du Wuliao Jundui, 1999:


Track List:

69:

1-1. 一代 (Une génération)
1-2. 朋克万岁 (Vive le punk)
1-3. 革命 (Révolution)
1-4. 青春 (Jeunesse)
1-5. 情人 (Amant)
1-6. 有中国特色的Rock N’ Roll (Le Rock N’Roll aux caractéristiques chinoises)
1-7. 对朋克乐的意见 (Une opinion à propos du punk)
1-8. 爱情 (Amour)
1-9. 我们来了 (On arrive)
1-10. 明天 (Demain)

Reflector:

1-11. 嚎叫 (Scream)
1-12. 新的一天 (Un nouveau jour)
1-13. 别上当 (Ne sois pas triste)
1-14. 我想说的话 (Ce que j’ai envie de dire)
1-15. 让小秘密混到2000年 (Garde ce petit secret jusqu’en 2000)
1-16. 更快乐 (Plus heureux)
1-17. 思想 (Pensée)
1-18. 无聊军队 (Wuliao Contingent)

Brain Failure:

2-1. 星期一 (Lundi)
2-2. 我不废话你也别废话 (Je ne dis pas de conneries, toi non plus n’en dis pas)
2-3. 我们的乐园 (Notre paradis)
2-4. 一个懦夫 (Un poltron)
2-5. 不是我 (Ce n’est pas moi)
2-6. 似笑非笑 (Sourire forcée)
2-7. 2000年 (L’an 2000)
2-8. 叛逆是为了自由 (Se révolter pour la liberté)
2-9. 主意 (Idée)
2-10. Disco时代 (Disco Generation)
2-11. 我是顽主 (Je suis un imbécile)
2-12. My Hardcore
2-13. 三个脏朋克 (Three Dirty Punx)

Anarchy Boys:

2-14. 我们决不妥协 (Nous sommes incorruptibles)
2-15. Oh! Sucks!
2-16. Oi!来吧! (Oi! Viens!)
2-17. 对你的生活喊Oi! (Hurle Oi! à la vie)
2-18. Loser’s R N’ R
2-19. Chinese Oi!
2-20. 错误 (Erreur)
2-21. My One Skin
2-22. Ska Song

L’influence du Wuliao Jundui peut encore s’entendre aujourd’hui, lorsque des jeunes punks reprennent « Vive le punk » (« 朋克万岁 ») de 69. Le travail de défrichage du Wuliao Jundui est impressionnant: ils ont couvert en moins de trois ans, toute l’histoire du punk occidental, et ont créé des hymnes qui n’ont rien perdu de leur acuité. À la différence d’UnderBaby, les groupes du Wuliao Jundui ont très clairement exprimé le malaise de la jeunesse chinoise en des termes explicites: il ne s’agit plus de faire état de son spleen, mais d’accuser la société de consommation promue par le régime communiste:

La poésie d’UnderBaby et ses métaphores font place à une langue acerbe, qui n’est pas dénué d’humour et d’ironie. Le Wuliao Jundui n’hésite pas à employer les insultes et les expressions les plus graveleuses, dans la plus pure tradition du punk londonien des origines. Bien entendu ces expressions se retrouvent censurées dans le livret des CD: ainsi « Fucking Disco » devient « Funky Disco » chez Brain Failure, tandis que 操 (putain) se retrouve remplacé par trois petits points… Une autre chanson se moque des « caractéristiques chinoises » (有中国特色的…), argument servant à justifier à peu près tout, du socialisme (中国特色的社会主义) à la marchandisation capitaliste. Dans la chanson « Rock and Roll aux caractéristiques chinoises » (« 有中国特色的Rock’N’Roll »), le groupe 69 s’en prend à l’esprit utilitariste qui anime le rock chinois:

Après la fermeture du Scream Club en 2000, le Wuliao Jundui fera du Happy Paradise (开心乐园), également situé dans le quartier des universités de Haidian, son nouveau quartier général. Scream Records a quant à lui continué de produire des artistes underground, passant du punk au métal, publiant un des premiers groupes de rap, CMCB (Chinese MC Brothers).

Des sons, une posture et des textes, le Wuliao Jundui a donné au punk pékinois ses lettres de noblesse dès sa première livraison. Mais cela n’a pas empêché des conflits d’éclater au sein du collectif, comme dans tout milieu qui se respecte. Trahison, bagarre, violence, la scène punk a concentré beaucoup de tensions dès ses débuts. Tous les groupes du Wuliao Jundui ont assez mal finit: Reflector est devenu la risée du punk chinois, en devenant un groupe de pop. Brain Failure, après de multiples tournées aux Etats-Unis, a essuyé de nombreuses critiques pour son manque d’implication au sein du punk chinois, avant que le chanteur, Xiao Rong (肖容) ne quitte le groupe en 2014. 69 n’a pas survécu à la violence de son chanteur Peter Liang, et les musiciens d’Anarchy Boys ont chacun pris des chemins musicaux différents (de l’électro à la pop) avant de se reformer à nouveau et d’accepter un financement de Ray-Ban (je tiens à préciser qu’Anarchy Boys n’a rien perdu de sa hargne d’antan: lors d’un concert en 2012 à Pékin le chanteur, visiblement éméché, s’en est pris violemment à un public composé uniquement de « gentils enfants » – « 好孩子 » – qu’il a copieusement insulté).

Bref, il faudrait parler en détail de chaque groupe – ce qui sera fait – mais cette notice permet d’introduire un album important dans l’histoire du punk chinois, peut-être sa pierre angulaire.

Pour aller plus loin:

Quelques affiches des concerts punks organisés de la fin des années 1990, témoignant de l’esprit D.I.Y. de la communauté punk (ainsi que d’une maîtrise partielle de Paint):

          

Toujours le livre de David O’Dell, qui a été bassiste au sein de Brain Failure pendant quelques années: David O’DELL, Inseparable. The Memoirs Of An American And The Story Of Chinese Punk Rock, Manao Books, 2011.

Giorgio Agamben, « Une faim de bœuf. Considérations sur le shabbat, la fête et le désœuvrement » in Nudités, Rivages Poche, 2012. Parce que bon, c’est bien de parler de punk, mais le messianisme c’est pas mal non plus.

Paul Corrigan, « Doing Nothing » in Stuart Hall, Tony Jefferson (dir.), Resistance through Rituals. Youth Subcultures in post-war Britain, Routledge, 2006. Parce que bon, c’est bien de parler de punk, mais faut un peu théoriser tout ça.

Serena Zuccherini, Punk in Cina: nuovi fuochi di rivolta dopo Tiananmen, Castelvecchi, 2004. Un livre en italien tiré de la thèse de Serena Zuccherini sur les débuts du punk chinois. Elle parle beaucoup du Wuliao Jundui, et cela m’a permis de constater que je peux lire un livre en italien sans avoir jamais appris la langue de Dante. La plupart des pages sont disponibles sur Google Books.

Le site douban de Scream Records: https://site.douban.com/screamrecords/

Le site douban de Brain Failure: https://site.douban.com/brainfailure/

Le site douban de Reflector: https://site.douban.com/reflector/

Le site douban d’Anarchy Boys: https://site.douban.com/anarchyboys2011/

Une vidéo du groupe Anarchy Boys reprenant (massacrant) leur classique « Loser’s Rock and Roll » pour le programme unplugged de Ray-Ban, « Never Hide Noise » (avec des Ray-Ban):

David O’Dell (toujours lui) a mis en ligne de nombreuses vidéos des concerts de l’époque. Outre l’aspect documentaire, on peut surtout remarquer que les concerts de punk attirait un éventail très large de musiciens de la scène contre-culturelle. On peut voir dans ces deux extraits de 1997 la célèbre chanteuse de canto-pop (puis manda-pop) Faye Wong, compagne de Dou Wei, ainsi que des membres du premier groupe de rock féminin Cobra (眼镜蛇):


Je ne saurais trop recommander d’aller faire un tour sur la page YouTube de David O’Dell.

Crédits photos du Scream Club: BeFire https://kknews.cc/zh-hk/culture/e954ylr.html

Et parce que j’ai parlé des Ludwig, la chanson « Les 3 petits keupons », avec le plus beau passage du punk français, « qui a peur du méchant Pasqua? C’est peut-être vous, c’est pas nous ». Comme quoi, le nom de Pasqua restera à jamais gravé dans la musique française, « B.2.O.B.A, escroc mafieux comme Charles Pasqua ». Wesh Morray.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *